Le syndrome de la grotte

Ça y est, on a un nom pour ce sentiment étrange d’inadéquation au monde « normal », celui-là même que nous rêvions de retrouver il y a peu et qui finalement, pour certain.e.s en tout cas, nous tétanise. Ça s’appelle the cave syndrome, le syndrome de la grotte, d’après Arthur Bergman, psychiatre américain cité par The New Yorker. Et dans la foulée, la réouverture est affublée d’un nouveau surnom, la reëntry – avec tréma.
  • Twitter
  • Facebook
  • Gmail
  • LinkedIn
Le confinement et ses restrictions ont impacté nos caboches masquées, donnant de l’anxiété sociale même à ceux qui n’en avaient pas et faisant de simples questions (Ai-je mon masque ? Dois-je aller à cette fête ?) des questions existentielles (Qui sont ces gens ? Est-ce que je sais encore communiquer ?). Sans déc’, la moitié des Américains en sont affectés.
Le syndrome de la grotte s’apparente aussi à une sorte de syndrome de Stockholm : on tombe amoureux de son kidnappeur. Nous aimons désormais chiller tranquilles à la maison plutôt que de dépenser 16 € pour un vilain mojito en terrasse à dire du mal des gens. Oui parce qu’en plus, ce mal de l’époque peut aussi exacerber la conscience de soi, de sa voix de crécelle aux bad vibes qu’on dégage en ragotant.
Ça paraît anodin comme ça, mais attention, cette double isolation est un vrai trouble qui peut mener à la dépression. Et sinon vous, ça va ?

VOIR D’AUTRES ARTICLES

Il nous faut plus de fleurs ! 💐

Un.e inconnu.e vous offre des fleurs… Avec LaJoiedesFleurs.fr, le 19 juin sera une journée pas comme les autres où, partout dans Paris, vont fleurir des sourires. Pour le plaisir de faire plaisir, lorsque vous achèterez un bouquet chez les fleuristes créateurs...

Du bénéfice des transports sur le moral

On les a beaucoup détesté, ces petits matins dans le métro ou sur le périph’ en route pour le boulot, la tête en vrac et la motivation bof bof. C’était avant de se retrouver coincé.e.s chez nous avec, pour seul trajet, les quelques mètres séparant le lit de la table....

Comment montrer qu’on est vacciné.e

Hier, coup de tonnerre sur la France ; on peut enfin circuler sans masque à l’extérieur. On s’en réjouit d’autant qu’il fait hyper chaud, mais une appréhension subsiste : comment montrer qu’on n’est pas un covid-insouciant.e mais bien un.e 2D-DOC qui ne risque pas de...

Envoyez du love graphique

Envoyez du love graphique

C’est une initiative toute mimi de Dropbox ; demander à 8 créatifs de dessiner des cartes postales...

Le Maskie

Le Maskie

Maintenant qu’on est tou.te.s un peu détendu.e.s du masque, on vous en a dégoté un marrant et bien...

Share This

Share this post with your friends!